1.031.107 sur 1.200.000 signatures

Frans Timmermans, First Vice-President of the European Commission, Kadri Simson, European Commissioner for Energy et Valdis Dombrovskis, European Commission Vice President for an Economy that works for people

Pétition

Retirez le Traité sur la charte de l'énergie et empêchez son adoption par d'autres pays ! Le traité permet aux compagnies charbonnières, pétrolières et gazières d'entraver la transition vers un système énergétique propre. Désarmez les géants des industries fossiles dès maintenant, afin qu'ils ne puissent plus entraver l’action climatique dont nous avons besoin de toute urgence !

Pourquoi est-ce important ?

Saviez-que que nous pourrions payer de lourdes amendes aux industries des énergies fossiles ?

Pour compenser les pertes de profits des industries pétrolière, gazières et du charbon face aux mesures climatiques passées par les pays européens, les Européen·ne·s pourraient être contraints de payer jusqu’à 7 milliards d’euros [1]! Un exemple parmi bien d’autres :  les géants de l’énergie allemands RWE et UNIPER réclament 2,4 milliards d’euros aux Néerlandais en raison de leur récente décision d’éliminer progressivement la production de charbon aux Pays-Bas [2] !

Le temps nous est compté si nous voulons éviter une catastrophe climatique. Mais les entreprises de combustibles fossiles prennent nos États en otage et les menacent de poursuites afin d’obtenir des amendes exorbitantes. Ils empêchent nos gouvernements de prendre les décisions nécessaires pour sauver le climat. Un dangereux traité sur les combustibles fossiles ratifié il y a longtemps nous a plongés dans cette situation absurde [3].

La semaine prochaine, nos ministres de l’Énergie se réuniront et pourraient envoyer un signal décisif pour mettre fin à ce dangereux traité. L’Allemagne et la Pologne envisagent d’y mettre un terme, tandis que d’autres pays comme la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et la France sont toujours indécis.

Mettons la pression sur les ministres de l’Énergie qui sont encore indécis·e·s pour qu’ils rejoignent les pays qui souhaitent en finir avec ce traité d’un autre temps. Si chaque personne soutenant cette demande envoie un message personnel à son ministre de l’Énergie, nous pourrons le/la convaincre de prendre notre parti.

Ce traité toxique sur les combustibles fossiles, connu sous le nom de « traité de la Charte sur l’énergie » est une relique du passé, d’une époque où les États niaient le changement climatique [4]. Pourtant, les entreprises de combustibles fossiles s’y accrochent désespérément car elles peuvent ainsi protéger leurs profits.

Mais pour cela, elles n’hésitent pas à poursuivre les États qui leur font l’affront de donner la priorité aux citoyen·ne·s et à la planète. Et lorsqu’elles gagnent, les États doivent leur verser des indemnités : il s’agit de l’argent de nos impôts. De l’argent public qui pourrait financer des investissements écologiques, l’éducation et les hôpitaux plutôt que de continuer à remplir les caisses des plus gros pollueurs.

Mais nous sommes en train de gagner du terrain sur ces multinationales polluantes. L’Italie a déjà cessé d’adhérer à ce traité toxique, les parlementaires européen·ne·s soutiennent notre appel et c’est maintenant à nos pays de choisir leur camp. Pour cela, nos ministres de l’Énergie doivent recevoir nos messages personnalisés leur expliquant pourquoi cela nous tient à cœur.


Références :

  1. La compagnie pétrolière et gazière Rockhopper réclame 260 millions d’euros à l’Italie en raison de son interdiction d’exploiter de nouveaux champs pétroliers sur ses côtes. En Slovénie, le groupe Ascent tente d’obtenir 120 millions de dollars d’argent public car le pays a donné la priorité à l’environnement plutôt qu’à la fracturation hydraulique. Lorsque l’Allemagne a décidé d’abandonner progressivement le nucléaire, l’entreprise Vattenfall a intenté un procès à l’État afin d’obtenir la somme de 4,3 milliards d’euros. Et les Néerlandais·e·s s’apprêtent à payer 2,4 milliards d’euros à RWE et Uniper en raison de l’élimination progressive du charbon dans le pays !
    https://energy-charter-dirty-secrets.org/#section5 (en anglais)
    https://friendsoftheearth.eu/press-release/uk-fracking-company-sues-slovenia-over-environmental-protection (en anglais)
    https://www.investigate-europe.eu/en/2021/ect (en anglais)
    https://www.euractiv.com/section/energy/news/energy-charter-treaty-strikes-again-as-uniper-sues-netherlands-over-coal-phase-out (en anglais)
    https://www.euractiv.com/section/energy/news/germanys-rwe-uses-energy-charter-treaty-to-challenge-dutch-coal-phase-out (en anglais)
  2. https://energy-charter-dirty-secrets.org/#section5 (en anglais)
  3. Ce dangereux traité sur les combustibles fossiles toxiques est connu sous le nom de traité de la Charte sur l’énergie (TCE)
    https://friendsoftheearth.eu/news/how-the-energy-charter-treaty-derails-climate-action (en anglais)
  4. https://foeeurope.org/sites/default/files/climate_justice/2020/ect_axe_to_climate_action.pdf (en anglais)
  5. https://act.wemove.eu/campaigns/pollueurs-poursuiveurs

En partenariat avec :

Les entreprises qui font des bénéfices en forant des puits de pétrole ou en brûlant du charbon s’appuient sur un traité sur les combustibles fossiles pour poursuivre les États qui s’opposent à leurs activités destructrices. Ce traité constitue une menace pour les États qui tentent d’opérer une transition vers les énergies propres et pourrait coûter plus de 7 milliards d'euros aux Européen·ne·s. Les traités dangereux de ce genre appartiennent au passé.

Nous disposons d’une opportunité unique de mettre fin à ce traité qui octroie des pouvoirs démesurés aux industries des énergies fossiles. Les commissaires européen·ne·s en charge du dossier doivent nous écouter.

Pour étouffer la pression des entreprises de combustibles fossiles, nous avons organisé un rassemblement massif devant le bureau des commissaires ce matin, en présence de nos partenaires, des membres de notre mouvement et de notre monstrueux dinosaure. Même si vous ne vous trouvez pas sur place, vous pouvez nous aider à faire en sorte qu'ils ne puissent pas nous ignorer.

Appelez les bureaux des commissaires et dites-leur de rejeter ce dangereux traité !

  • Appelez le bureau de Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne au +32 2 299 11 11
  • Appelez le bureau de Kadri Simson, commissaire à l'énergie au +32 2 299 11 11
  • Appelez le bureau de Valdis Dombrovskis, commissaire au commerce au +32 2 299 11 11

Voici quelques suggestions pour vous aider lors de votre appel :

  • Présentez-vous
  • Expliquez que vous appelez au sujet du traité de la Charte sur l'énergie
  • Expliquez pourquoi ce sujet est important pour vous
  • Expliquez qu’un groupe de personnes se trouve devant le bureau du/de la commissaire et qu’il lui demande de mettre fin au traité de la Charte sur l'énergie, et que vous espérez qu’il/elle les écoutera et ira à leur rencontre.
  • Et laissez nous un message à droite pour nous dire comment ça s’est passé !
Ci-dessous, vous trouverez toutes les informations nécessaires à l'appel de votre député
Être mis en relation avec Frans Timmermans, First Vice-President of the European Commission Entrez 2390482308 et appuyez sur 1.
Être mis en relation avec Kadri Simson, European Commissioner for Energy Entrez 2390482308 et appuyez sur 2.
Form to make call
Vous appelez en tant que Ce n'est pas vous ? Cliquez ici


Pouvez-vous faire un don ?

Rejoignez la révolte contre le pouvoir démesuré de l’industrie fossile. Plus nos signatures seront nombreuses, plus nous serons puissant·es face à eux !

Mais pour que l'Europe entière sorte de ce traité dangereux, nous aurons besoin de vous tout au long de la campagne.

Nos campagnes sont alimentées et financées par les citoyen·ne·s. Nous ne touchons pas d'argent des entreprises ni des États.

Faites un don dès maintenant à l’aide du formulaire et envisagez de contribuer régulièrement afin de soutenir l’action de WeMove Europe tout au long de l'année !

Autres moyens de faire un don

Vous pouvez effectuer un virement sur notre compte.

Veuillez indiquer votre e-mail comme référence de paiement.

WeMove Europe SCE mbH
IBAN: DE98 4306 0967 1177 7069 00
BIC: GENODEM1GLS, GLS Bank
Berlin, Allemagne

Nous tenons à être transparent·e·s et responsables vis-à-vis des dons que vous faites. Pour en savoir plus, lisez notre Politique de dons.

Vos informations resteront privées et seront traitées de manière sécurisée. En agissant sur le site WeMove Europe, vous acceptez que WeMove Europe vous tienne informé·e des campagnes menées, et acceptez l'utilisation de cookies comme décrit par notre politique de confidentialité.

Partagez autour de vous !

Vous signez en tant que Ce n'est pas vous ? Cliquez ici